Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La fille du week-end à Roland Garros, Gisela Dulko, Daniela Hantuchova, Maria Sharapova | Page d'accueil | Less is rare - une sélection très masculine »

29/05/2011

Conduire est un plaisir mais aussi une liberté - Edito de sport auto - juin 2011 - Jean Eric Raoul

AMG SLS Roadster.jpg

Avant d'aller plus loin, donnons un chiffre que la sécurité routière ne donne jamais dans les débats publics, radio, télévision… la vitesse est la cause je dis bien la cause d'accidents mortels dans moins de 1% des cas. Autre précision, en Allemagne où environ 30 % du réseau autoroutier n'est pas soumis à la limitation de vitesse, il y a moins d'accidents mortels qu'en France.

" Parlons cru : combien de morts ont été causés par des conducteurs dépassant de 50 km/h les limites sur autoroutes de liaison ? Combien de morts par l'usage d'avertisseurs de radars ? Combien de morts, encore favorisés par la présence des panneaux annonçant les radars fixes ? Le chiffre tend certainement vers zéro. Donc les mesures les plus spectaculaires annoncées le 11 mai n'auront aucun effet sur la mortalité routière. A moins de croire aveuglément à une dimension psychologique à laquelle sont si attachées les associations contre la violence routière (les seules personnes que l'on entend sur le sujet, oui parce que c'est mal d'aimer les voitures !). Je vous précise au passage que les automobilistes sont plusieurs dizaines de millions en France.

En revanche, les morts des jeunes conducteurs (si nous prenions exemple sur la formation donnée dans les pays nord européens les choses seraient sans aucun doutes différentes), les morts dus à l'alcool au volant, les morts par somnolence, par distraction (téléphone, radio, cigarette ou autres…), les morts des piétons en centre-ville où nul radar n'est jamais posé, des cyclistes, des motards, c'est du concret, sur lequel il faut agir d'urgence si l'on souhaite sincèrement abaisser la mortalité routière. Mais sur ces questions, hélas, rien de nouveau…"

Encore une fois ce sont les minorités qui sont les plus visibles, les plus bruyantes et la France se laisse mener par elles. En fait nous sommes notre propre problème, on légifère souvent à tord, on interdit avant de réfléchir au fond du problème. C'est un peu l'art de se tirer des balles dans le pied ce que j'appelle moi le french paradoxe ! Et si vous voulez qu'on parle de solution il n'y a pas de problème je suis là.

20:01 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Pin it!

Commentaires

Je suis entièrement d'accord !

Écrit par : The ManagUer | 30/05/2011

Répondre à ce commentaire

pas mieux !

Écrit par : Benoit | 30/05/2011

Répondre à ce commentaire

@ The Managuer & Benoît : entrons dans la révolution du plaisir de conduire...

Écrit par : Pierre-Jean | 02/06/2011

Répondre à ce commentaire

Bonjour
Je suis honoré que vous ayez repris une partie de mon édito. Mais la pratique, dans ce cas, est de ne pas ajouter de commentaires, de titres, ni de couper le contenu d'origine. Vos ajouts et commentaires sont intéressants, là n'est pas la question. Mais la totalité donne l'impression d'être de ma plume, ce qui n'est pas le cas. Serait-il possible de rectifier le tir ?
Merci d'avance
Jean-Eric Raoul

Écrit par : Jean-Eric Raoul | 28/06/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.